Mara Viscardi

Mara Viscardi est une infirmière gériatrique qui, après avoir travaillé pendant 20 ans en RSA, travaille depuis un an et demi au Centre de réadaptation des patients gériatriques."Les patients gériatriques ont plus de besoins que les autres car ils sont plus fragiles", dit-elle, et ses patients, lorsqu'ils la voient, savent qu'ils ont devant eux quelqu'un qui s'occupera d'eux avec amour et professionnalisme, même lors d'une urgence sanitaire comme celle de Covid-19.Mara se souvient que tout est arrivé soudainement, mais elle ne les a pas trouvés sans préparation : "Nous avons réalisé que Covid entrait dans l'établissement lorsque nous avons eu les premiers cas de fièvre.Personne ne savait ce qu'était ce virus, mais nous avons commencé à parler, alors nous nous sommes alarmés et avons immédiatement repéré les cas".La structure dans laquelle elle opérait n'était pas moins importante : elle a équipé tout le monde des protections nécessaires et les a mis en position de travailler en toute sécurité, mais pour chacun, l'émotion la plus forte était toujours et seulement la peur."J'ai été terrifiée pendant toute la période Covid, je ne l'ai jamais ressentie de toute ma vie et j'espère ne plus jamais la ressentir." Au désarroi de Mara s'ajoute bientôt la désorientation, lorsqu'elle se voit contrainte de déménager chaque jour dans un nouveau service inconnu : "Pour moi, c'était dévastateur. Au stress de devoir travailler dans un service qui n'est pas le vôtre, à la peur pour Covid qui est maintenant partout, s'ajoute le sentiment de désarroi car vous vous retrouvez seule, la seule infirmière dans un petit service, sans le soutien de collègues, car ce ne sont pas vos collègues. Vous ne les connaissiez pas et vous ne les reconnaissiez même pas, sous tous les pièges et protections".À ce stade, avec sa voix cassée et ses yeux brillants des larmes qu'elle retenait, Mara raconte la partie la plus difficile de cette période : "Je me souviendrai toujours d'une patiente au téléphone avec sa fille. Elle essayait d'être positive, mais quand elle lui a demandé comment il allait, il a répondu lapidairement "Je suis en train de mourir". Et c'était vrai".C'était vrai, et c'était déchirant, car les patients de Mara et ceux de nombreuses autres infirmières gériatriques étaient la catégorie la plus touchée par le Covid-19.Et là, à leurs côtés, pas un parent mais Mara et ses collègues, des présences aimantes et inébranlables qui se sont battues pour chacun d'eux jusqu'à la dernière seconde."J'ai certainement changé avec Covid et je ne serai plus le même qu'avant. J'ai mieux compris le fardeau que portent les membres de la famille, et surtout j'ai compris la valeur des êtres humains, parce que j'ai eu des personnes merveilleuses qui m'ont été proches, qui m'ont soutenu, et je ne les oublierai jamais.Un sourire ouvert à la vie qui lui transperce le visage et finit par éclairer ses yeux : "Je voudrais que les gens apprennent à s'identifier aux infirmières, à comprendre leur rôle, ce qu'elles font et l'importance de ce qu'elles font.N'oublions jamais cela.

Mara Viscardi

La collecte de fonds de FNOPI

Mara Viscardi est une infirmière gériatrique qui, après avoir travaillé pendant 20 ans en RSA, travaille depuis un an et demi au Centre de réadaptation des patients gériatriques.
"Les patients gériatriques ont plus de besoins que les autres car ils sont plus fragiles", dit-elle, et ses patients, lorsqu'ils la voient, savent qu'ils ont devant eux quelqu'un qui s'occupera d'eux avec amour et professionnalisme, même lors d'une urgence sanitaire comme celle de Covid-19.

Mara se souvient que tout est arrivé soudainement, mais elle ne les a pas trouvés sans préparation : "Nous avons réalisé que Covid entrait dans l'établissement lorsque nous avons eu les premiers cas de fièvre.
Personne ne savait ce qu'était ce virus, mais nous avons commencé à parler, alors nous nous sommes alarmés et avons immédiatement repéré les cas".
La structure dans laquelle elle opérait n'était pas moins importante : elle a équipé tout le monde des protections nécessaires et les a mis en position de travailler en toute sécurité, mais pour chacun, l'émotion la plus forte était toujours et seulement la peur.
"J'ai été terrifiée pendant toute la période Covid, je ne l'ai jamais ressentie de toute ma vie et j'espère ne plus jamais la ressentir." Au désarroi de Mara s'ajoute bientôt la désorientation, lorsqu'elle se voit contrainte de déménager chaque jour dans un nouveau service inconnu : "Pour moi, c'était dévastateur. Au stress de devoir travailler dans un service qui n'est pas le vôtre, à la peur pour Covid qui est maintenant partout, s'ajoute le sentiment de désarroi car vous vous retrouvez seule, la seule infirmière dans un petit service, sans le soutien de collègues, car ce ne sont pas vos collègues. Vous ne les connaissiez pas et vous ne les reconnaissiez même pas, sous tous les pièges et protections".
À ce stade, avec sa voix cassée et ses yeux brillants des larmes qu'elle retenait, Mara raconte la partie la plus difficile de cette période : "Je me souviendrai toujours d'une patiente au téléphone avec sa fille. Elle essayait d'être positive, mais quand elle lui a demandé comment il allait, il a répondu lapidairement "Je suis en train de mourir". Et c'était vrai".
C'était vrai, et c'était déchirant, car les patients de Mara et ceux de nombreuses autres infirmières gériatriques étaient la catégorie la plus touchée par le Covid-19.
Et là, à leurs côtés, pas un parent mais Mara et ses collègues, des présences aimantes et inébranlables qui se sont battues pour chacun d'eux jusqu'à la dernière seconde.

"J'ai certainement changé avec Covid et je ne serai plus le même qu'avant. J'ai mieux compris le fardeau que portent les membres de la famille, et surtout j'ai compris la valeur des êtres humains, parce que j'ai eu des personnes merveilleuses qui m'ont été proches, qui m'ont soutenu, et je ne les oublierai jamais.

Un sourire ouvert à la vie qui lui transperce le visage et finit par éclairer ses yeux : "Je voudrais que les gens apprennent à s'identifier aux infirmières, à comprendre leur rôle, ce qu'elles font et l'importance de ce qu'elles font.
N'oublions jamais cela.

3.429.547 €

57%
6.000.000 €

SOUTENIR LE PROJET:

créer votre propre collecte de fonds
ou faire un don pour une collecte déjà active

Partager
La collection soutient: NOUS AVEC LES INFIRMIÈRES

Nous aidons les infirmières en première ligne

Vous pouvez également faire un don pour

DONNEZ MAINTENANT

DONNEZ MAINTENANT
DON EN LIGNE ou par virement bancaire sur Iban IT91P0326803204052894671510 à l'ordre de la FÉDÉRATION NATIONALE DES ORDRES NATIONAUX DE PROFESSIONNELS INFERMIERS.
Cause du paiement : Fondo di Solidarietà NOI CON GLI INFERMIERI

Pour obtenir des informations et de l'aide, écrivez à dona@fnopi.it ou appelez le 06 46200.147

100%

Le montant total des dons sera versé aux infirmières et à leurs families.

Tous les coûts de gestion du projet seront en fait uniquement et exclusivement imputés à la FNOPI.
© 2020 FNOPI - Federazione Nazionale Ordini Professioni Infermieristiche
Powered by Asset Roma

#NoiConGliInfermieri est une initiative de la FNOPI

Main donors
Sous le patronage de

Utilizzando il sito, accetti l'utilizzo dei cookie da parte nostra. maggiori informazioni

Questo sito utilizza i cookie per fornire la migliore esperienza di navigazione possibile. Continuando a utilizzare questo sito senza modificare le impostazioni dei cookie o cliccando su "Accetta" permetti il loro utilizzo.

Chiudi