Elizabeth Cimadoro

"Un rôle délicat et crucial", c'est ce que décrit Elizabeth, pour toute Betty, lorsqu'elle parle de son travail dans un service de dialyse, où elle fête cette année ses 30 ans de service.Son rôle est délicat et crucial, comme celui de tous les travailleurs de la santé, mais le travail dans les services de dialyse implique une relation avec les personnes atteintes de maladies chroniques, qui portent en elles des années de fatigue, celle de ceux qui ont ressenti la douleur pendant trop longtemps."Je me retrouve à avoir une relation étroite avec les gens, même pendant des années, et donc le mien est un rôletechnique, dans la gestion de la dialyse, mais aussi pédagogique, car je dois former une personnepour gérer correctement sa thérapie une fois qu'il est à la maison".Dans un tel travail, une relation de confiance mutuelle s'établit au fil du temps, "Celui qui est malade nous fait confiance, à nous les infirmières, en nous confiant le bien le plus précieux : sa propre vie"."Le patient chronique sait très bien quelle est sa maladie. Il sait très bien que nous ne pourrons jamaislui enlever complètement tous ses problèmes physiques. Mais il sait aussi très bien que moi et les mienscollègues, nous pouvons l'aider à trouver un nouvel équilibre qui lui permettra de se sentir mieux".Les relations entre les patients et les infirmières dans les salles de dialyse sont très particulières et Betty raconte comment un virus risquait de les bouleverser complètement : "Avec l'arrivée de la pandémie, tout a malheureusement changé. Les patients ont vécu le changement de nos rythmes, ont perçu notre agitation, ont vécu avec nous sans pouvoir voir un sourire, l'expression de nos visages, sans sentir le contact sinon le toucher d'une aiguille placée dans un accès vasculaire.D'une relation étroite et humaine, nous avons dû passer à une relation beaucoup plus détachée. En un instant, tout a changé. Et je sais très bien que les patients de ce service étaient conscients que tout cela était aussi et surtout pour eux, tout comme ils savent que nous avons toujours travaillé, même avant lapandémie, pour leur donner le meilleur".Dans cet esprit positif, Elisabeth et ses collègues ont essayé de maintenir une organisation précise et sûre afin qu'aucun de leurs patients ne perde sa sérénité.Mais la sérénité de Betty et son engagement constant dans son travail, à un certain moment, ont été mis à l'épreuve par Covid-19 : "Ensuite, je suis devenue une patiente aussi. Je me souviens bien que ce jour-là, j'ai commencé l'équipe de l'après-midi avec un très fort mal de tête, mais étant assez sujette et travaillant avec tous les dispositifs de protection, je blâmais mes migraines habituelles, les appareils qui vous font perdre de l'air".Mais la fièvre ne se fait pas attendre et Elisabeth découvre qu'elle est positive pour Sars-Cov2.Elle raconte les mille pensées, les doutes et les craintes, ainsi que la colère, les insécurités qui ontsaisi. "Au début, j'ai ressenti de la colère, car je n'ai pas pu me protéger comme je l'aurais faitDue, moi qui devais être là pour aider mes patients et mes collègues".Peu de temps après, d'autres de ses collègues ont commencé à tomber malades et les patients du service qui ont bénéficié de ces absences se sont retrouvés avec la chronicité d'une maladie, jour après jour. "Ils nous voient comme des immortels, dans le sens où pour eux, l'infirmière ne tombe jamais malade", mais ce "jamais" a été emporté par un virus.Découvrir qu'on est malade avec Covid-19 implique un réajustement complet de sa vie, il faut non seulement renoncer à lamais aussi pour vivre paisiblement dans la maison, où nous retournons tous chaque jour pour trouver notre propre dimension.Aux côtés d'Elisabetta, il y avait son mari qui, habillé en infirmière, l'a aidée et réconfortée, jusqu'à ce qu'il commence à avoir de la fièvre et à se sentir mal lui aussi. Les inquiétudes de Betty se sont alors accrues et, alors qu'elle continuait à rester enfermée dans sa chambre, son mari a occupé le salon et sa fille de 17 ans s'est retrouvée à passer les journées seule dans sa chambre."Ne nous appelez pas des héros, nous sommes des professionnels mais nous sommes des personnes avant tout."Le jour de son retour au travail, elle le décrit comme "magnifique" tout en souriant avec ses yeux."Je l'ai attendue de tout mon cœur, et maintenant j'attends de retrouver la Betty d'autrefois", car bien qu'elle soit guérie depuis un certain temps, Elizabeth n'est pas encore en parfaite santé, et la fatigue l'accompagne souvent, mais le fait de pouvoir être avec ses patients et ses collègues lui donne la force dont elle a besoin."Nous, les infirmières, nous étudions constamment. Nous apprenons également, dans la relation avec nos patients, à maintenir une haute qualité de soins pour les personnes qui ont besoin de nous et leurs familles. Parce que malgré une maladie chronique, on peut avoir une bonne qualité de vie", et Betty et ses collègues travaillent pour que tout cela puisse exister.#Ne nous appelez pas "Héros", nous sommes les infirmières professionnelles qui prennent soin de vous tous les jours, et maintenantc'est nous qui vous demandons votre aide.Soutenez Elizabeth.à donner aux infirmières.

Elizabeth Cimadoro

La collecte de fonds de FNOPI

"Un rôle délicat et crucial", c'est ce que décrit Elizabeth, pour toute Betty, lorsqu'elle parle de son travail dans un service de dialyse, où elle fête cette année ses 30 ans de service.

Son rôle est délicat et crucial, comme celui de tous les travailleurs de la santé, mais le travail dans les services de dialyse implique une relation avec les personnes atteintes de maladies chroniques, qui portent en elles des années de fatigue, celle de ceux qui ont ressenti la douleur pendant trop longtemps.
"Je me retrouve à avoir une relation étroite avec les gens, même pendant des années, et donc le mien est un rôletechnique, dans la gestion de la dialyse, mais aussi pédagogique, car je dois former une personnepour gérer correctement sa thérapie une fois qu'il est à la maison".
Dans un tel travail, une relation de confiance mutuelle s'établit au fil du temps, "Celui qui est malade nous fait confiance, à nous les infirmières, en nous confiant le bien le plus précieux : sa propre vie".

"Le patient chronique sait très bien quelle est sa maladie. Il sait très bien que nous ne pourrons jamaislui enlever complètement tous ses problèmes physiques. Mais il sait aussi très bien que moi et les mienscollègues, nous pouvons l'aider à trouver un nouvel équilibre qui lui permettra de se sentir mieux".

Les relations entre les patients et les infirmières dans les salles de dialyse sont très particulières et Betty raconte comment un virus risquait de les bouleverser complètement : "Avec l'arrivée de la pandémie, tout a malheureusement changé. Les patients ont vécu le changement de nos rythmes, ont perçu notre agitation, ont vécu avec nous sans pouvoir voir un sourire, l'expression de nos visages, sans sentir le contact sinon le toucher d'une aiguille placée dans un accès vasculaire.D'une relation étroite et humaine, nous avons dû passer à une relation beaucoup plus détachée. En un instant, tout a changé. Et je sais très bien que les patients de ce service étaient conscients que tout cela était aussi et surtout pour eux, tout comme ils savent que nous avons toujours travaillé, même avant la
pandémie, pour leur donner le meilleur".

Dans cet esprit positif, Elisabeth et ses collègues ont essayé de maintenir une organisation précise et sûre afin qu'aucun de leurs patients ne perde sa sérénité.

Mais la sérénité de Betty et son engagement constant dans son travail, à un certain moment, ont été mis à l'épreuve par Covid-19 : "Ensuite, je suis devenue une patiente aussi. Je me souviens bien que ce jour-là, j'ai commencé l'équipe de l'après-midi avec un très fort mal de tête, mais étant assez sujette et travaillant avec tous les dispositifs de protection, je blâmais mes migraines habituelles, les appareils qui vous font perdre de l'air".
Mais la fièvre ne se fait pas attendre et Elisabeth découvre qu'elle est positive pour Sars-Cov2.
Elle raconte les mille pensées, les doutes et les craintes, ainsi que la colère, les insécurités qui ont
saisi. "Au début, j'ai ressenti de la colère, car je n'ai pas pu me protéger comme je l'aurais fait
Due, moi qui devais être là pour aider mes patients et mes collègues".

Peu de temps après, d'autres de ses collègues ont commencé à tomber malades et les patients du service qui ont bénéficié de ces absences se sont retrouvés avec la chronicité d'une maladie, jour après jour. "Ils nous voient comme des immortels, dans le sens où pour eux, l'infirmière ne tombe jamais malade", mais ce "jamais" a été emporté par un virus.

Découvrir qu'on est malade avec Covid-19 implique un réajustement complet de sa vie, il faut non seulement renoncer à lamais aussi pour vivre paisiblement dans la maison, où nous retournons tous chaque jour pour trouver notre propre dimension.
Aux côtés d'Elisabetta, il y avait son mari qui, habillé en infirmière, l'a aidée et réconfortée, jusqu'à ce qu'il commence à avoir de la fièvre et à se sentir mal lui aussi. Les inquiétudes de Betty se sont alors accrues et, alors qu'elle continuait à rester enfermée dans sa chambre, son mari a occupé le salon et sa fille de 17 ans s'est retrouvée à passer les journées seule dans sa chambre.
"Ne nous appelez pas des héros, nous sommes des professionnels mais nous sommes des personnes avant tout."

Le jour de son retour au travail, elle le décrit comme "magnifique" tout en souriant avec ses yeux.
"Je l'ai attendue de tout mon cœur, et maintenant j'attends de retrouver la Betty d'autrefois", car bien qu'elle soit guérie depuis un certain temps, Elizabeth n'est pas encore en parfaite santé, et la fatigue l'accompagne souvent, mais le fait de pouvoir être avec ses patients et ses collègues lui donne la force dont elle a besoin.
"Nous, les infirmières, nous étudions constamment. Nous apprenons également, dans la relation avec nos patients, à maintenir une haute qualité de soins pour les personnes qui ont besoin de nous et leurs familles. Parce que malgré une maladie chronique, on peut avoir une bonne qualité de vie", et Betty et ses collègues travaillent pour que tout cela puisse exister.

#Ne nous appelez pas "Héros", nous sommes les infirmières professionnelles qui prennent soin de vous tous les jours, et maintenant
c'est nous qui vous demandons votre aide.

Soutenez Elizabeth.
à donner aux infirmières.

3.181.779 €

53%
6.000.000 €

SOUTENIR LE PROJET:

créer votre propre collecte de fonds
ou faire un don pour une collecte déjà active

Partager
La collection soutient: NOUS AVEC LES INFIRMIÈRES

Nous aidons les infirmières en première ligne

Vous pouvez également faire un don pour

DONNEZ MAINTENANT

DONNEZ MAINTENANT
DON EN LIGNE ou par virement bancaire sur Iban IT91P0326803204052894671510 à l'ordre de la FÉDÉRATION NATIONALE DES ORDRES NATIONAUX DE PROFESSIONNELS INFERMIERS.
Cause du paiement : Fondo di Solidarietà NOI CON GLI INFERMIERI

Pour obtenir des informations et de l'aide, écrivez à dona@fnopi.it ou appelez le 06 46200.147

100%

Le montant total des dons sera versé aux infirmières et à leurs families.

Tous les coûts de gestion du projet seront en fait uniquement et exclusivement imputés à la FNOPI.
© 2020 FNOPI - Federazione Nazionale Ordini Professioni Infermieristiche
Powered by Asset Roma

#NoiConGliInfermieri est une initiative de la FNOPI

Main donors
Sous le patronage de

Utilizzando il sito, accetti l'utilizzo dei cookie da parte nostra. maggiori informazioni

Questo sito utilizza i cookie per fornire la migliore esperienza di navigazione possibile. Continuando a utilizzare questo sito senza modificare le impostazioni dei cookie o cliccando su "Accetta" permetti il loro utilizzo.

Chiudi